4 Jan 2022
Makanera Kaké :

Makanera Kaké : "Je refuse de parler de règlements de comptes..." (*)

Ecrit le 4 - 1 - 2022


Sur décision des nouvelles autorités, des anciens dignitaires du pouvoir notamment Amadou Damaro Camara et Nantou Chérif ont été expulsés de leurs logements. Le président du Front national pour le développement (FND) dénonce la démarche du Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD). Au micro de VisionGuinee (*), l’ex-député Alhousseine Makanera pointe du doigt l’inexpérience des nouvelles autorités.

VisionGuinee : En tant qu’allié du RPG Arc-en-ciel, quelle lecture faites-vous de la décision des autorités de déloger les anciens députés Damaro Camara et Nantou Chérif ?


Alhousseine Makanera : Je pense qu’il faut respecter la forme et la procédure. Les premiers qui ont été déguerpis, on n’a pas respecté la forme. L’Etat ne peut pas se rendre justice. L’Etat est justiciable comme n’importe quelle autre personne. Lorsqu’il y a un contrat, l’Etat dispose de la close exorbitante du droit commun. L’Etat peut mettre fin à un contrat, mais il faudrait que l’autre partie soit dédommagée. Mais on ne peut pas venir un seul jour décider de faire sortir des gens d’une maison sans respecter la procédure.

Pensez-vous que la junte se livre à des règlements de comptes ?

Non ! Je refuse de parler de règlements de comptes dès lors que les autorités affirment que l’inventaire de l’ensemble concerne des biens immobiliers appartenant à l’État depuis 1958. Alpha Condé n’était pas au pouvoir en 1958. Ils viennent de commencer. L’erreur est humaine. C’est de l’inexpérience, pas un règlement de compte. Même la rédaction du communiqué pose problème.

Quelle procédure devrait suivre les autorités pour récupérer les biens de l’Etat ?

Nous devons les aider à réussir. Ils ont fixé des principes mais pour la réalisation, je pense qu’il faut créer des commissions locales et nationales. Ce n’est pas le ministère de l’urbanisme seulement qui peut régler ce problème. Il faudrait créer au niveau de chaque commune une commission. Et à l’intérieur de chaque commission, qu’on ait des représentants de chaque quartier. Pas forcément les chefs de quartier parce que parmi eux, certains se sont rendus coupables de vente de biens de l’Etat. Il faut qu’il y ait au moins un représentant de la jeunesse, des femmes et des sages. Chaque commission doit être présidée par un magistrat assermentée. Ces commissions doivent établir des rapports qui vont passer par la commission nationale qui peut être présidée par le ministre. Il faut aussi mettre en place une base de données qui doit être accessible à tous les citoyens guinéens.

Quid des anciens hauts commis de l’Eta ayant racheté des domaines de l’Etat ?

Il y a trois (3) types de personnes qui occupent les biens de l’Etat. Il y a des occupants illégaux qui n’ont aucun papier. Ensuite, il y en qui ont obtenu les domaines par corruption. Enfin, il y a des occupants légaux qui ont tous les papiers. Mais le communiqué du gouvernement est vague là-dessus. Les autorités ont la compétence de tout reprendre à condition que ceux qui ont tous les papiers puissent être rétablis dans leurs droits. Pour les deux premiers cas, on peut même enclencher des poursuites judiciaires. Souvent, quand on dit les biens de l’Etat, les yeux restent rivés sur les bâtiments administratifs. Mais c’est une goutte d’eau dans l’océan. Les commerçants qui occupent les domaines de l’Etat, vous pouvez voir quelqu’un qui paye moins de 50 millions par an alors qu’il peut empocher 500 millions le mois.


Par Boussouriou Doumba, pour VisionGuine.Info

(*) https://www.visionguinee.info/2021/11/08/damaro-camara-et-nantou-cherif-deloges-par-la-junte-makanera-pointe-du-doigt-linexperience-des-nouvelles-autorites/

COMMENTAIRES

Laissez un commentaire

EDITORIAUX

28 Feb 2022

Récupération des biens de l’Etat : la junte trébuche ! (*)

Les putschistes ont souvent la prétention de redresser une situation putride, laissée par un régime déchu condamné par une opinion désabusée. Pour ce faire, ils se veulent généralem [...]

Lire
27 Feb 2022

Restaurer l’autorité de l’État : Par qui ?

S’il y a un argument qui commence à faire du chemin dans les pays qui ont connu des coups d’État en Afrique ces derniers temps, c’est bien celui qui consiste à soutenir que seuls les régimes militaires [...]

Lire

INTERVIEWS

12 Mar 2022

Cellou Dalein Diallo : la junte guinéenne "refuse le dialogue avec les partis politiques" (*)

Le leader de l’opposition guinéenne laisse entendre que la junte cherche à se maintenir au pouvoir. Cellou Dalein Diallo dénonce le refus de donner un chronogramme clair pour le retour à l’ordre constitution [...]

Lire
26 Feb 2022

La stabilisation du Mali est indispensable à la sécurité régionale ouest-africaine (*)

Gilles Yabi, vous avez écrit dans un texte publié il y a quelques jours que « défaite politique française au Sahel ou pas, amélioration ou pas de la situation sécuritaire au Mali, cela ne va pas pertur [...]

Lire