12 Jan 2022
Les chiffres de Mory Condé peuvent être bons, mais pas les justificatifs.

Les chiffres de Mory Condé peuvent être bons, mais pas les justificatifs.

Ecrit le 12 - 1 - 2022

Le Ministre de l'Administration du territoire et de la Décentralisation du gouvernement de transition a fait des révélations qui ont ébahi la classe politique lors de leur rencontre lundi dernier au Primus Hôtel de Kaloum. Il a informé que des centaines de milliards de francs ont été débloqués au nom de la Commission électorale (CÉNI) en frais de locations de bureaux.

"Seulement, estime un commentateur, les chiffres annoncés pourraient ne pas être exacts en matière de dépenses. C'est-à-dire que les milliards de notre argent qui ont été sortis pourraient avoir permi aux dirigeants du MATD, Ministre, hauts cadres, etc. de s'en mettre plein dans leurs poches et fabriqué des justificatifs fantaisistes. Par exemple, pour la CÉNI de Dalaba, le Ministre a parlé de 76 millions. Et le responsable du Bureau l'a démenti GG. Les chiffres du Ministre peuvent être bons, mais pas les justificatifs. Donc où est allée la différence ?".

"Je ne peux pas dire que le ministre a menti, mais il n’a pas dit la vérité"

Le président de CÉNI pour Dalaba, M. Mamadou Pathé Barry, a précisé qu'à "Dalaba, depuis 2013, nous payons 1 900 000 francs guinéens par mois au lieu de 5 millions. Nous n’avons jamais payé plus d’un million 900. Je m’inscris en faux sur tout ce qui a été dit. C’est archi faux (...) Je peux donner des preuves. Le crédit rural peut donner des preuves parce que nous sommes payés à travers le crédit rural. Quand les fonds sont débloqués par la CENI, on les dépose au crédit rural. Le crédit rural nous envoie des codes et nous allons à la caisse pour débloquer l’argent et payer. Ce sont le bureau et le magasin qui font 1 900 000 Gnf par mois. Le bureau seul est à 1 300 000 Gnf et le magasin à 600 000 Gnf. Je ne peux pas dire que le ministre a menti, mais il n’a pas dit la vérité".

Pour un responsable politique, "incontestablement il y a eu des détournements par cette CÉNI, en complicité avec les autorités du MATD. La majorité des cadres de cette CÉNI roulait pour la mouvance présidentielle. Ils savaient falsifier les résultats électororaux et maintenant, il faudrait bien que des audits soient menés sur leur gestion et voir comment les sanctionner eux et leurs complices du MATD. Ce sont ces gens les responsables des problèmes sociopolitiques de notre pays. Ils gonflent le nombre d'électeurs dans certaines régions (comme Kankan et Faranah) et diminue celui d'autres régions (Opposition, comme Mamou et Labé)".


Khady THIAM (collaboration I. S. BALDÉ)

COMMENTAIRES

Laissez un commentaire

EDITORIAUX

28 Feb 2022

Récupération des biens de l’Etat : la junte trébuche ! (*)

Les putschistes ont souvent la prétention de redresser une situation putride, laissée par un régime déchu condamné par une opinion désabusée. Pour ce faire, ils se veulent généralem [...]

Lire
27 Feb 2022

Restaurer l’autorité de l’État : Par qui ?

S’il y a un argument qui commence à faire du chemin dans les pays qui ont connu des coups d’État en Afrique ces derniers temps, c’est bien celui qui consiste à soutenir que seuls les régimes militaires [...]

Lire

INTERVIEWS

12 Mar 2022

Cellou Dalein Diallo : la junte guinéenne "refuse le dialogue avec les partis politiques" (*)

Le leader de l’opposition guinéenne laisse entendre que la junte cherche à se maintenir au pouvoir. Cellou Dalein Diallo dénonce le refus de donner un chronogramme clair pour le retour à l’ordre constitution [...]

Lire
26 Feb 2022

La stabilisation du Mali est indispensable à la sécurité régionale ouest-africaine (*)

Gilles Yabi, vous avez écrit dans un texte publié il y a quelques jours que « défaite politique française au Sahel ou pas, amélioration ou pas de la situation sécuritaire au Mali, cela ne va pas pertur [...]

Lire