12 Jan 2022
En 15 mois, il est possible de réussir la transition.

En 15 mois, il est possible de réussir la transition.

Ecrit le 12 - 1 - 2022

Pour l'ancien vice-président de l'Assemblée nationale et député de l'UDG de Mamadou Sylla, président de la Coalition CORED, "le Gouvernement et le CNRD en collaboration avec les Coalitions politiques peuvent terminer toutes les élections en quinze (15) mois". Pour lui, "ceux qui sont entrain de dire au CNRD de prendre son temps ne l’aiment pas et ne contribuent nullement au maintien et à la promotion de la paix dans le pays".



Il estime que "le travail sur les aspects fondamentaux relevant de la compétence de la transition que le CNRD a lui-même défini et qui peuvent se faire parallèlement ou successivement peuvent l’être en 15 mois". Lisez la suite.


En guise d’illustration,


1- La constitution de 2010 est une constitution irréprochable. Du préambule en passant par les trois grands pouvoirs républicains, les rapports entre le Président de la République et l’assemblée nationale, les Institutions cour constitutionnelle, Cour suprême, Cour des comptes, Haute cour de justice, la commission électorale indépendante, l’organisation territoriale, les forces de défense et de sécurité les traités et accords internationaux, la révision de la constitution ; toute la souveraineté d’un État est solidement définie dans cette constitution. C’est comme une roue bien faite dont on ne peut rien réinventer. La constitution de 2010 n’a besoin que d’un toilettage, une relecture à travers laquelle on la débarrassera du contenu du titre xix relatif aux dispositions transitoires. Un travail qui se fait par une équipe en 45 jours approuvé par le cnt et Envoyé au référendum.




2- Le Fichier électoral, en plus des 5.480.000 électeurs ayant participé aux deux grandes élections dernières on appelle tous ceux qui ont atteint les 18 ans devant les machines pour confirmer leur inscription, éliminer les morts et les mineurs. En y ajoutant les autres aspects sur le terrain c’est un travail qui se fait en 4 mois. Il y va également des discussions entre le gouvernement et les politiques sur l’organe de gestion des élections sur lequel l’avis et l’implication directe des politiques sont prioritaires et incontournables.


Puis les autres aspects, pour un délai maximum transitoire de 15 mois.


Beaucoup de personnes ont suivi le Président Algérien dans son offre de bons offices entre la Mali, la CEDEAO et une bonne partie de Communauté internationale, disant clairement à la junte malienne et son gouvernement que la durée de la transition ne saurai dépasser seize (16) mois.

Que Dieu Tout Puissant protège la Guinée.


Elhadj Dembo Sylla

Ancien vice-président de l'Assemblée nationale

COMMENTAIRES

Laissez un commentaire

EDITORIAUX

28 Feb 2022

Récupération des biens de l’Etat : la junte trébuche ! (*)

Les putschistes ont souvent la prétention de redresser une situation putride, laissée par un régime déchu condamné par une opinion désabusée. Pour ce faire, ils se veulent généralem [...]

Lire
27 Feb 2022

Restaurer l’autorité de l’État : Par qui ?

S’il y a un argument qui commence à faire du chemin dans les pays qui ont connu des coups d’État en Afrique ces derniers temps, c’est bien celui qui consiste à soutenir que seuls les régimes militaires [...]

Lire

INTERVIEWS

12 Mar 2022

Cellou Dalein Diallo : la junte guinéenne "refuse le dialogue avec les partis politiques" (*)

Le leader de l’opposition guinéenne laisse entendre que la junte cherche à se maintenir au pouvoir. Cellou Dalein Diallo dénonce le refus de donner un chronogramme clair pour le retour à l’ordre constitution [...]

Lire
26 Feb 2022

La stabilisation du Mali est indispensable à la sécurité régionale ouest-africaine (*)

Gilles Yabi, vous avez écrit dans un texte publié il y a quelques jours que « défaite politique française au Sahel ou pas, amélioration ou pas de la situation sécuritaire au Mali, cela ne va pas pertur [...]

Lire